Vendredi 20 Mai à 18h30
LE THÉÂTRE DES CHIBANIS

Un film réalisé par Yves Benitah, Patrice Pegeault - Cinéma J.L. Trintignant / 64 minutes.

Ce film documentaire porte un regard distancié sur le sort des chibanis, ces milliers de personnes âgées originaires du Maghreb qui subissent de graves injustices et à qui l’on dénigre toute parole. Il se situe dans la continuité du travail audiovisuel mené depuis plusieurs années par les réalisateurs Yves Benitah et Patrice Pegeault autour de la pièce de l’auteur, comédien et metteur en scène Nasser Djemaï Invisibles– La tragédie des chibanis. Dans ce film, les réalisateurs ont choisi de passer de la scène à la réalité en allant à la rencontre des chibanis. Ce sont ces derniers qui racontent leurs histoires, leurs vécus et livrent leurs ressentis à travers un dispositif de projections ouvrant sur des espaces de paroles, suivis pour certains d’entretiens individuels. Ainsi dépassent-ils leur pudeur naturelle pour évoquer avec dignité leurs parcours d’hommes et de femmes coupés de leurs racines depuis près d’un demi-siècle. Eux qui ont activement contribué, par leur travail, au développement de la France. Ces témoignages sensibles permettent de reconstituer une petite histoire de l’immigration maghrébine française.


 

Vendredi 20 mai à 20h30
LA FUITE

Création par la Compagnie du Loup Bleu. 

Durée : 40 minutes. 

Un jeune homme – un fils, un frère, un fiancé – décide de quitter son pays et entreprend un long voyage pour trouver, peut-être, un monde meilleur… comme tant d’autres. On les appelle migrants, exilés, sans papiers, demandeurs d’asile…

« La fuite », c’est l’histoire, en neuf épisodes, du voyage de ce jeune homme qui, à chaque étape, rencontre un personnage (incarné à chaque fois par le même comédien) emblématique d’un moment, d’un lieu, d’une fonction, d’une émotion.

Avec une chaise, une valise, des pierres, un téléphone portable, une couverture, une photo, deux comédiens (Ibraheem Ramadan et Alain Dommanget), et les images de Pascale Morel.


 


 

Samedi 21 mai à 15h
AGOTA

D’après le récit autobiographique d’Agota Kristof par le Théâtre Contre Jour (Cie Jour & Nuit) -Durée : 1h25

L’Analphabète, publié aux éditions Zoé en 2004, est un recueil de textes courts initialement écrits pour la chronique littéraire d’une revue. Ainsi rassemblés, ces onze chapitres constituent le seul récit autobiographique d’Ágota Kristóf, et relatent son enfance, son départ de Hongrie, son arrivée en Suisse le travail en usine, sa difficulté à apprendre la langue française pour enfin accomplir sa vocation de toujours, écrire, et le défi d’écrire dans une langue qui restera à jamais étrangère. 

La metteure en scène a découvert, il y a une poignée d’années, par hasard, dans le rayon littérature d’une bibliothèque universitaire, cette écriture tranchante et dénuée d’émotion, sidérante d’efficacité. Des phrases sans fioritures, sans épanchement, mais qui touchent au-delà du cœur, qui touchent la conscience. Comment survivre à l’exil et à la perte de tout ce qui a fait votre identité ? Comment trouver en soi la force de continuer, alors que tout ne semble que fêlures irréparables. Écrire pour survivre, créer pour vivre. Porter ce texte à la scène et le nommer par son prénom pour lui redonner vie.


 

Samedi 21 mai à 18h30
DE QUEL CONTINENT EST L’HIRONDELLE

Une pièce d’Olivier Gosse par la compagnie Théâtre à Coulisse - 1h.

Dans une série de tableaux résolument tragi-comiques,  tous les concernés prennent ici la parole: migrants, “envahis”, immigrés de la troisième génération, travailleurs sociaux, bénévoles, fonctionnaires, hommes politiques, citoyens, anonymes. Paradoxes… absurdités… cercle vicieux… impasses… Pas besoin de forcer le trait de l’écriture quand la caricature habite déjà la réalité. 


 


 

Samedi 21 mai à 20h30
SACCO et VANZETTI

D’après le récit autobiographique d’Agota Kristof par le Théâtre Contre Jour (Cie Jour & Nuit) -Durée : 1h25

Malgré une mobilisation à travers le monde entier, le 23 août 1927, les deux anarchistes italiens Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti, accusés de hold up et de crimes sont exécutés après un simulacre de procès dans une amérique raciste qui chasse ses migrants.

Alain Guyard a adapté pour la scène cette histoire légendaire qui résonne fortement aujourd’hui. 

La reconstitution du procès, la fraternité, les certitudes et les zones d’ombres des deux militants, la peur devant l’inéluctable prennent corps dans l’interprétation des deux comédiens qui incarnent onze personnages. ÉMOUVANT.


 


 

Dimanche 28 mai 
12h00: Gardianne de taureau.

Pour clôturer en beauté cette 17ème édition des Théâtropes, nous vous proposons de venir déguster une Gardianne de Taureau préparée avec amour nos deux cuisinières.

Repas complet dans la cour du château.

(Apéritif, salade, gardianne accompagnée de riz, fromage, dessert, café - Vin compris).

Dimanche 22 mai à 15h
MIGRAAAANTS

Une pièce de Matéi Visniec par la compagnie Soleil Fruité - 1h30.


Ils viennent des quatre coins du monde, là où la vie n’est plus compatible avec l’idée d’avenir.  Ils sont des millions. Combien de millions ? On ne sait pas. On les appelle « migrants » et ils n'ont qu'une seule chose en tête: la volonté d’arriver en Europe.

Après plusieurs mois d’enquête en tant que journaliste pour RFI, Matéi Visniec signe une comédie noire sur l’une des plus grandes tragédies de notre temps.